DU MOINS J’ ESSAIE

3103561737_1_3_1BDJ6Wsn

Image | Publié le par | 4 commentaires

ANNE DE GUIGNE

Née dans une « famille profondément chrétienne », au château de la Cour à Annecy-le-Vieux12 la mort de son père, tombé au front à la tête de ses chasseurs-alpins en 1915, fut, à quatre ans, le principe déclencheur de sa « conversion ». Elle était une enfant, d’intelligence vive, de volonté ardente, facilement violente et jalouse, difficilement soumise et plutôt dominatrice. Âgée de 4 ans, elle entame alors une transformation profonde, son amour pour sa mère devient « son chemin vers Dieu » et elle acquit rapidement une douceur et une abnégation peu ordinaires, maîtrisant désormais son comportement.

Elle fit sa Première Communion à 6 ans. Mais son jeune âge exigeait une dispense. L’évêque lui imposa donc un « examen » qu’elle franchira avec une facilité déconcertante. « Je souhaite que nous soyons toujours au niveau d’instruction religieuse de cet enfant-là » dira l’examinateur.

Extérieurement, ce fut la plus simple et la plus aimable des enfants : effacée et modeste, toute à ses petits devoirs et à ses jeux. D’après son institutrice, Melle Basset, elle voulait sans cesse s’améliorer : « Rien d’extraordinaire dans sa vie, si ce n’est sa persévérance à devenir bonne. Le secret de sa montée spirituelle : prière et volonté ». Selon d’autres témoins, son humilité, sa douceur, son obéissance, son amour du sacrifice, sa permanente charité étonnèrent ses contemporains. Sa manière de communier remuait les cœurs et plusieurs fois on la vit comme transfigurée. Ses pensées révélaient aussi sa sainteté. Sa pureté était rayonnante et sa bonté sans limites. Elle disait vouloir devenir carmélite.

Elle mourut d’une méningite, à l’aube du 14 janvier 1922 après ce dernier échange avec la religieuse qui la veille : « Ma sœur, puis-je aller avec les anges ? » « Oui, ma belle petite fille » « Merci, ma sœur, ô merci ! »

(Source Wikipedia)

 

Une admirable fillette dont l’histoire m’a beaucoup impressionnée dans mon enfance

 

62992196

Publié dans Non classé | 37 commentaires

TRES BONNE ANNEE A TOUS ET PLEIN DE BELLES CHOSES

Scan10002

Publié dans Non classé | 19 commentaires

BELLES FETES A TOUS

988842_470904359686329_1204221575_n

Je pense bien à vous et vous souhaite de belles fêtes ainsi qu’un joyeux Noël

578160_470017776441654_982407348_n

images (1)

988842_470904359686329_1204221575_n

Publié dans Non classé | 10 commentaires

deux nouveaux copains

FALCO ET DOMINO EN ROUTE VERS L’AMITIEIMG_5122

Publié dans Non classé | 26 commentaires

Nos chers disparus

VULCANE,  la douce, l’aimante, la bonté faite chien. Notre magnifique bouvier bernois nous a quittés à l’âge de 13 ans…

BUBULLE , joli cochon d’Inde, compagnon de ma petite fille Amalia, un amour lui aussi

nac_52_20130823_1296081042

 

 

1054246495

Publié dans Non classé | 19 commentaires

Très belle année 2014 pour vous

bonne anne 2014

Image | Publié le par | 54 commentaires

NOEL ME RAMENE VERS VOUS

f37e2fd1

JOYEUX NOEL A TOUTES ET A TOUS

578160_470017776441654_982407348_n

Publié dans Non classé | 16 commentaires

le gamin de Paris

On connait tous la chanson du même titre immortalisée par Patachou, Mick Michel ou encore Yves Montand, mais peut-être moins le film tiré du récit de Léo-Charles Burkhard, « Je n’étais qu’un  gamin de Paris au temps du roi Soleil », avec pour interprètes principaux, Mel Ferrer et Marc Michel.

Ce gamin n’est autre que le frère Burkhard qui s’est mis en scène lui-même dans cette fiction, pour rendre hommage au Fondateur des Ecoles Chrétiennes, et patron de tous les éducateurs chrétiens, Jean Baptiste de la Salle, sur les traces duquel s’attache le héros.

Une reconstitution historique, qui nous promène à PAris comme chez les Camisards, en passant par Parménie , colline située a-dessus de Beaucroissant, en Isère. C’est à Parménie que le Saint rencontra Louise Hours, simple bergère, qui s’était attelée à la restauration d’une antique chapelle. Il l’exhorta à poursuivre son oeuvre.

Ordonné  prêtre à 27 ans, Jean-Baprtiste de la Salle s’engagea avec d’autres maîtres à éduquer et instruire les enfants des familles pauvres. Il fit l’objet de critiques et se heurta notamment à l’incompréhension des autorités religieuses.

C’est en 1957, que le frère léo Burkhard, d’origine américaine venu faire ses études à Grenoble, arriva à Parménie, site entièrement dévasté. Il entreprit la reconstruction de ce haut-lieu où souffle l’esprit, avec l’aide de bénévoles des villages voisins.

Grâce à lui et aux bonnes volontés qui l’épaulèrent, Parménie renaquit de ses cendres, et retrouva sa vocation. La « colline inspirée » accueille aujourd’hui les frères chrétiens du monde entier.

Et pour mémoire, retraçons le portrait du « gamin de Paris » dans la peau duquel s’est glissé Le frère Léo: « 1672! J’avais dix ans. Je n’étais qu’un gamin de Paris, déguenillé comme tant d’autres, et à l’école préférant les rues. Après trois ou quatre ans, je fus capable, sans y comprendre un mot, d’épeler du latin aussi vite et aussi fort que n’importe quel gamin de mon âge; et je pouvais griffonner, d’une manière fantaisite, certes, mais lisible, mon nom, Jacques Delanot… »

 

 

Publié dans Non classé | 30 commentaires

merci à tous les amis qui ont pensé à mon anniversaire

voir l'image en grand

merci à Nicky

 

voir l'image en grand

merci à Annick

 

voir l'image en grand

merci à Jean-Daniel

 

voir l'image en grand

merci à Pascalou

 

voir l'image en grand

 

merci à Nicole

voir l'image en grandmerci à Ludo

 

voir l'image en grand

merci à Catherine

 

voir l'image en grand

merci à Pierre

 

voir l'image en grand

merci à Nana

voir l'image en grand

merci à Anne-Marie

voir l'image en grand

merci à Dany

 

Et merci à Myoso qui m’a consacré un billet pour mon anniversaire

http://myoso68.wordpress.com/

 

et à tous ceux qui m’ont adressé des messages très sympathiques

Publié dans Non classé | 13 commentaires